Archives

Akiko Suwanai sera à l'affiche du Louvre...

akiko-suwanai-par-leslie-kee.jpgEncore trop rare en France, Akiko Suwanai vient d’être annoncée dans la prestigieuse programmation de la musique de chambre à l’Auditorium du Louvre dans la saison 2011-2012 aux côtés du pianiste franco-américain Nicolas Angelich.

Violoniste en tous points remarquable, Akiko Suwanai commence très tôt une brillante carrière internationale, grâce à son deuxième prix au Concours de la reine Elisabeth en 1989, puis, à sa victoire (à l’âge de dix-huit ans !) au Concours Tchaïkovski de Moscou...
Ses grands enregistrements avec Ivan Fischer et Vladimir Askenazy témoignent de l’étendue de son talent, et sa première venue au Festival de Colmar constitue un événement très attendu !

Venez découvrir Akiko Suwanai dans le magnifique Premier concerto pour violon de Prokofiev sous la baguette de Vladimir Spivakov !

Mardi 12 juillet à 21h00 à l’église Saint-Matthieu.
Orchestre National Philharmonique de Russie.
Egalement au programme : La Symphonie du Nouveau Monde de Dvorak.
 

François-Frédéric Guy sur les ondes...

francois_frederic_guy-par-guy-vivien.jpgConsidéré comme l’un des plus passionnants pianistes français de sa génération et remarquable « spécialiste » de Beethoven, François-Frédéric Guy a été le dimanche 15 mai pendant une heure et demie sur France Musique. L’émission « Les Invités d’Arièle » lui a été consacrée, et on a notamment beaucoup parlé de son album consacré à Franz Liszt, où, selon la revue « Diapason », rayonne « une forte spiritualité au-delà de la performance instrumentale ».
Cet ancien élève du légendaire pianiste Leon Fleisher sera par ailleurs à l’affiche du cycle parisien « Leon Fleisher et ses grands élèves », programmé à l’Opéra Comique dans la saison 2011-2012. François-Frédéric Guy participera au programme Mozart et jouera, notamment, le Concerto pour trois pianos avec Leon Fleisher et Alon Goldstein.

François-Frédéric Guy qui a enflammé le public du Festival de Colmar en 2009 par son interprétation incandescente de Beethoven et de Prokofiev, revient en 2011 pour un récital au programme alléchant, dédié à ses compositeurs de prédilection, Beethoven et Liszt.

Un concert à ne pas manquer !
Mercredi 13 juillet 2011 à 18h15, Chapelle Saint-Pierre.
 

Vadim Gluzman couronné par un « Choc » du mois mai 2011 de la revue Classica !

vadim_gluzman.jpgDans le dernier numéro de la revue Classica, on peut lire sous la plume de S. Gasser : « Vadim Gluzman est LE violoniste que l’on attendait !
Il donne du Concerto pour violon de Bruch archi-enregistré une immense lecture moderne, avec frisson romantique garanti. Tels Milstein ou Heifetz, pas moins ! Le voici enfin le violoniste que l’on attendait depuis longtemps, oiseau rare dans une volière où les talents abondent, un violoniste de grande envergure.

Vadim Gluzman allie une majesté olympienne et un son de beauté solaire.
La puissance de son jeu est mise au profit de l’expression.
Vite, vite que l’on nous donne sa vision du Concerto de Brahms ! »

Ce sera chose faite du Festival de Colmar 2011 le 7 juillet à 21h00 à l’église Saint-Matthieu !

Le magnifique violoniste israélien que nous avons découvert à l’âge de vingt ans quand il avait gagné le prestigieux Henryk Szeryng Award, avait déjà enthousiasmé le public du Festival de Colmar en 1996.

Il revient en soliste dans le Concerto pour violon de Brahms sous la baguette de Vladimir Spivakov.

Ne manquez pas ce musicien exceptionnel !

 

John Axelrod dirige Berlioz dans la Cathédrale d'Angers

john_axelrod_par_stefano_bottesi.jpgAprès avoir triomphé le 3 mai 2011 au Festival de Lugano, où il a dirigé à la tête de l’Orchestre de la Suisse italienne la Symphonie italienne de Mendelssohn, John Axelrod a choisi de se confronter à l’une des plus impressionnantes partitions du répertoire français, l’oratorio L’Enfance du Christ de Berlioz.
Cette remarquable œuvre chorale est donnée entre le 8 et le 13 mai 2011 dans la Cathédrale d’Angers et au Centre de congrès de Nantes, où John Axelrod est à la tête de l’Orchestre National des Pays de la Loire, formation dont il est le directeur musical.

Ne manquez pas le concert que ce talentueux chef d’orchestre américain dirigera au Festival de Colmar, où il revient pour la deuxième fois, après son concert très remarqué en 2003.

John Axelrod sera au pupitre le samedi 9 juillet à 21h00 dans un éblouissant programme dédié à l’Espagne, pays cher à Marguerite Long et Jacques Thibaud.
Eglise saint-Matthieu à 21h00, Orchestre National Philharmonique de Russie, soliste : Leticia Munoz Moreno, violon.
Programme : Bizet, Lalo, Debussy et Rimski-Korsakov.
 

Coup de projecteur : Fanny Clamagirand

fanny_clamagirand.jpgFanny Clamagirand qui a joué pour la première fois à l’âge de treize au Festival de Colmar dans le cadre d’un concert des « Jeunes talents », est à l’heure l’une des jeunes violonistes françaises les plus titrées. Premier prix du Concours Kreisler à Vienne en 2005, couronnée en juin 2007 aux Violin Masters de Monte Carlo, elle a également été « révélation classique 2006 » de l’Adami. Tant en France qu'à l’étranger, la musicienne est invitée dans de nombreux festivals réputés et se produit en soliste sur les grandes scènes internationales. On a pu l’applaudir à l’Académie Sainte-Cécile de Rome, au Victoria Hall de Genève, au Royal Festival Hall et au Wigmore Hall de Londres, au Konzerthaus de Vienne... Fanny Clamagirand est par ailleurs à l’affiche de toutes les salles parisiennes : Théâtre des Champs-Elysées, Auditorium du Louvre, Gaveau !
La violoniste a joué en soliste avec l’Orchestre Symphonique de Vienne et le Philharmonique de Radio France, le Philharmonique de Monte-Carlo et l’Ensemble Orchestral de Paris. Récemment, elle s’est produite avec l’Orchestre National du Capitole de Toulouse sous la baguette de Tugan Sokhiev et a effectué une grande tournée en Allemagne dans le cadre du programme « Anne-Sophie Mutter présente... ».
En 2007, le premier disque de Fanny Clamagirand consacré aux Sonates pour violon seul d’Eugène Ysaÿe a été très chaleureusement salué par la critique. Son dernier album, dédié aux Concertos de Saint-Saëns, paru en 2010 sous la baguette de Patrick Gallois, a été également récompensé par la critique musicale.
Fanny Clamagirand reviendra pour la troisième fois au Festival de Colmar dans un splendide programme qui réunit les partitions de Brahms, Mozart et Saint-Saëns dont la Première sonate qui sera jouée par la violoniste avait inspiré Marcel Proust.

Le samedi 2 juillet 2011 à 12h30, salle Roesselmann du Koïfhus dans le cadre des « midis musicaux du Festival ».

 

Coup de cœur : Trio Siddhârtha

trio_siddharta.jpgCe jeune Trio qui s’est produit le 6 mai lors de la conférence de presse du 23e Festival de Colmar dans le sublime Nocturne pour piano et cordes en mi bémol majeur D 897 de Franz Schubert, est né de la rencontre de trois excellents musiciens français.
Chambriste confirmée, formée à Lyon et à Londres, Mélanie Clapiès, qui joue un violon Gagliano de 1781, est la co-fondatrice de l’ensemble Siddhârta . Le pianiste franco-américain Paul Montag, lauréat de la Fondation Cziffra et ancien élève de Jean-François Heissser au CNSM de Paris, est également un chambriste apprécié et recherché.
Quant à Yan Levionnois, il apparaît à tout juste vingt ans comme la dernière « révélation » de l’école française du violoncelle : premier grand prix du concours André Navarra en 2008, premier prix du concours Rostropovitch à Londres en 2009 et lauréat du dernier concours Rostropovitch de Paris en 2010... Yan Levionnois a d’ailleurs été nominé aux « Victoires de la musique » 2011 dans la catégorie « révélation instrumentale de l’année ». Dernièrement, l’éditorial de la revue « Diapason » affirmait qu’avec Yan Levionnois la relève des grands violoncellistes français est définitivement assurée !

Jeudi 7 juillet 2011 à 12h30, salle Roesselmann du Koïfhus, dans le cadre des « midis musicaux » du Festival.
Au programme : Le Deuxième Trio pour piano et cordes opus 66 de Felix Mendelssohn & le Premier Trio avec piano opus 8 de Johannes Brahms.

 

Solenne Païdassi, grand prix du Concours Long-Thibaud 2010

solenne-paidassi.jpgLe 6 mai 2011, la violoniste française Solenne Païdassi a participé à la conférence de presse du lancement du 23e Festival de Colmar qui a eu lieu à Strasbourg. Elle a joué la Deuxième Sonate pour violon seul en la mineur d’Eugène Ysaÿe, dédiée à Jacques Thibaud.
Récompensée par de nombreux prix, en France et à l’étranger (notamment, au Concours International de Hanovre en 2009 et au Concours Sion-Valais), Solenne Païdassi a gagné en 2007 le premier prix du Concours international de violon en Pologne. La musicienne vient de remporter, à vingt-quatre ans, le Concours Long-Thibaud 2010. Sa jeune carrière l’a déjà menée en Suisse, Allemagne, Pologne et Italie, ainsi qu’au Japon, au Mexique et aux États-Unis, et Solenne Païdassi a joué dans les salles les plus prestigieuses, comme la Tonhalle de Zürich ou le Carnegie Hall de New York.
Cette année, dans le cadre du programme « New Masters on Tour », elle a fait une tournée internationale en Europe qui a culminé par un récital au mythique Concertgebouw d’Amsterdam. Solenne Païdassi a déjà collaboré comme soliste avec des orchestres réputés, tels que le Philharmonique de Radio-France, le Sinfonia Varsovia, le Philharmonique de la NDR ou encore le Philharmonique de Nice...
Elle fera ses débuts avec l’Orchestre National Philharmonique de Russie sous la baguette de Vladimir Spivakov lors du ciné-concert qui marquera la clôture du 23e Festival de Colmar. Solenne Païdassi jouera le premier mouvement du Concerto pour violon de Tchaïkovski, clin d’œil au film « Le Concert » qui met à l’honneur cette magnifique partition.

Jeudi 14 juillet à 21h00, Théâtre du Parc des expositions de Colmar.
 

Marek Janowski célèbre Schubert à la Philharmonie de Berlin

marek_janowski_par-felix-broede_2011.jpgLe 10 mai 2011, Marek Janowski propose dans la mythique salle de la Philharmonie de Berlin le deuxième volet de son cycle dédié à la musique de Franz Schubert.
Le célèbre chef allemand dirigera à la tête de son Orchestre symphonique de la radio de Berlin la Troisième symphonie de Schubert, ainsi que la « Grande » ( D 944), sans oublier les Lieder orchestrés par Max Reger et chantés par la mezzo-soprano Michelle Breedt.

Pour sa deuxième venue au Festival de Colmar, Marek Janowski nous proposera deux superbes programmes qui mêlent les répertoires français et viennois (Mozart et Saint-Saëns), ainsi que la magnifique Cinquième Symphonie de Bruckner, compositeur qui sera pour la première fois à l’affiche du Festival International de Colmar.

Ne manquez pas les concerts évènements dirigés par Marek Janowski à Colmar !
Les 1er et 2 juillet 2011, Eglise saint-Matthieu à 21h00 (solistes : Arabella Steinbacher au violon et Barry Douglas au piano)
Le 3 juillet à 17h00, Orchestre symphonique de la radio de Berlin.
 

Vadim Gluzman triomphe dans Prokofiev

vadim_gluzman.jpgLe 21 avril 2011 à Strasbourg, le violoniste israélien Vadim Gluzman a magistralement interprété le Deuxième concerto pour violon et orchestre de Prokofiev.
Avec une maîtrise technique époustouflante et un engagement total au service de cette partition qui compte parmi les plus grand concertos du 20e siècle, Vadim Gluzman a soulevé l’enthousiasme de l’assistance, venue nombreuse fêter le 20e anniversaire de l’association Thémis.

Le jeu de Vadim Gluzman (qui s’était fait connaître en 1994 en remportant à vingt ans le très prestigieux Henryk Szeryng Career Award) est brillant et virtuose, mais sans être superficiel. Son légendaire Stradivarius de 1690, ayant appartenu à Leopold Auer, semble faire corps avec le violoniste; comme écrit très justement un critique musical américain, pays où Vadim Gluzman réside actuellement, « son violon proclame et chante, soupire et rit »...

Ne manquez sous aucun prétexte la venue de Vadim Gluzman à Colmar !

Ce prodigieux violoniste a déjà donné un récital au Festival en 1996 en compagnie de la pianiste Angela Joffé, mais en 2011 il revient dans l’un des plus célebres concertos pour violon de tout le répertoire, celui de Brahms.

Jeudi 7 juillet à 21h00, église Saint-Matthieu, Orchestre National Philharmonique de Russie sous la direction de Vladimir Spivakov.
Egalement au programme : la Septième symphonie opus 92 de Beethoven.
 

Vladimir Spivakov en Ukraine pour les 25 ans de la catastrophe de Tchernobyl

vladimir_spivakov.jpgLe 19 avril 2011, Vladimir Spivakov a dirigé à l’Opéra de Kiev un concert très particulier qui commémorait les 25 ans de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl.
Dans un théâtre plein à craquer, devant un parterre de personnalités, parmi lesquelles on trouvait pas moins de cinq chefs d’états, des représentants de l’Union Européenne ainsi que le Secrétaire Général de l’O.N.U., le directeur artistique du Festival de Colmar a dirigé le Requiem de Mozart à la tête de son orchestre des Virtuoses de Moscou et de 120 choristes ukrainiens. Une longue ovation debout a salué la performance des musiciens.
Le public avait du mal a retenir ses larmes, lorsque les images de la catastrophe ont été projetées sur écran géant, au moment où le chœur entamait le bouleversant Lacrimosa, dernière partie du Requiem que Mozart avait eu le temps de composer...
Rappelons que Les Virtuoses de Moscou avait été le seul orchestre à avoir accepter de venir jouer en Ukraine, au « Printemps de Kiev », festival qui s’était déroulé en 1986 une semaine à peine après l’explosion à Tchernobyl.

Par ailleurs, le 22 avril 2011, Vladimir Spivakov reçoit à Moscou un prix d’humanisme des mains de l’épouse du Président Medvedev, prix qui récompense son implication à la tête de l’Orchestre de jeunes qui réunit les musiciens des anciennes républiques soviétiques.

Au Festival de Colmar 2011, Vladimir Spivakov troquera à deux reprises sa baguette de chef contre son archet :
Il donnera un récital de sonates violon-piano avec Alexander Ghindin le 5 juillet à 21h00 à l’église Saint-Matthieu
et jouera la Symphonie concertante de Mozart avec le très talentueux altiste français Antoine Tamestit le 10 juillet à 17h00
(église Saint-Matthieu, avec l’Orchestre National Philharmonique de Russie).
 

John Axelrod en Italie

john_axelrod_par_stefano_bottesi.jpgAu cours de la semaine pascale, John Axelrod dirigera plusieurs concerts en Italie. Le 22 avril, le brillantissime chef d’orchestre américain sera au fameux Théâtre di San Carlo de Naples où il proposera sa vision du Requiem allemand de Brahms, compositeur auquel il consacre un cycle à la tête de son Orchestre National des Pays de la Loire.
Les 29 et 30 avril, John Axelrod sera au pupitre à l’Auditorium Paganini de Parme et au Théâtre Luciano Pavarotti de Modène avec l’Orchestre Philharmonique Toscanini. L’ancien assistant de Leonard Bernstein se souviendra des leçons du Maître (qui fut l’un des plus grands mahlériens de notre temps) et dirigera la sublime Cinquième symphonie de Gustave Mahler, compositeur cher à son cœur et dont on commémore en 2011 le centenaire de la disparition.

Pour son retour à Colmar, John Axelrod dirigera pour la première fois l’Orchestre National Philharmonique de Russie le samedi 9 juillet 2011.
Au programme de ce concert dédié à l’Espagne : Debussy, Bizet, Lalo et Rimski-Korsakov.
Eglise Saint-Matthieu à 21h00.
 

Coup de projecteur : Edwin Crossley-Mercer et les Songes d'une nuit d'été...

edwin-cr.mercer.jpgCertains critiques n’hésitent plus à parler d’une « révélation » : le baryton franco-irlandais possède à l’évidence une maturité artistique hors du commun et un degré de perfection rare chez les jeunes chanteurs. On salue unanimement la clarté de sa diction exemplaire, sa riche palette de couleurs et son art de scène qui semble inné ! Edwin Crossley-Mercer compte parmi ses Dietrich Fischer-Dieskau et Julia Varady, ainsi que Thomas Quasthoff.

La carrière de ce chanteur de vingt-neuf ans, vainqueur du concours international Nadia et Lili Boulanger en 2008, qui s’est formé en France et en Allemagne, prend depuis quelques années un essor tout à fait extraordinaire. Acclamé aussi bien aux festivals de Bayreuth et d’Aix-en-Provence que sur la scène de l’Opéra de Paris, Edwin Crossley-Mercer s’impose désromais comme l’étoile montante incontestable de l’art lyrique européen.

Avec la complicité du pianiste Semyon Skigin , l’un des meilleurs accompagnateurs de chant actuels, Edwin Crossley-Mercer a concocté pour sa première venue à Colmar un programme éblouissant de mélodies françaises et de lieder allemands, qui évoquent à la foi les nuits estivales et les rêves qu’elles engendrent... De Mozart, Haydn et Schubert à Debussy et Richard Strauss, sans oublier Wagner et Fauré, ces admirables « Songes d’une nuit d’été » nous sauront nous enivrer !

Vendredi 8 juillet à 12h30 au Koïfhus dans le cadre des « midis musicaux ».
 

Coup de cœur : Sergej Krylov, un violoniste à découvrir !

sergej-krylov.jpgNé à Moscou dans une famille de musiciens, Sergej Krylov fait partie de ces enfants prodiges dont la Russie semble posséder le secret. Après avoir remporte le Concours Fritz Kreisler à Vienne et le Concours Antonio Stradivari de Crémone, ce violoniste, à la forte personnalité musicale dont la sonorité somptueuse ravit public et critique, séduit les chefs d’orchestre parmi les plus réputés : Yuri Temirkanov et Raphael Brübeck de Burgos, Vladimir Askenazy et Valery Gergiev le dirigent désormais.

Une longue amitié personnelle et professionnelle a liée Sergej Krylov avec Mstislav Rostropovitch, qui a régulièrement dirigé son cadet et l’a fortement soutenu à ses débuts. Chambriste très apprécié, ce violoniste, à la fois virtuose et sensible, joue avec aussi bien avec Misha Maisky et Yuri Bashmet, qu’avec Mikhaïl Rudy et Yefim Bronfman. Sergej Krylov viendra pour la première fois au Festival de Colmar avec son superbe Stradivarius datant de 1734, le « Scotland University », mise à sa disposition par la Fondation Antonio Stradivari de Crémone.

Dans un programme volontairement éclectique (qui va de Johann Sebastian Bach à Eugène Ysaÿe, en passant pas les pièces virtuoses de Manuel de Falla et Pablo de Sarasate), Sergej Krylov donnera toute la mesure de son talent et formera un duo inédit avec la merveilleuse pianiste Edna Stern que le Festival de Colmar accueille régulièrement depuis 2006.

Mercredi 6 juillet 2011 à 18h15, à la Chapelle Saint-Pierre.
 

Andras Schiff, ou une « leçon de piano » autour du Thème avec variations

andras-schiff-portrait-by-sheila-rock.jpgL’origine du genre de la variation se trouve dans les compositions du Moyen-âge, alors qu’au 16e siècle, les maîtres de la polyphonie cultivent la forme d’un choral varié. On trouve diverses variations dans les livres de luth espagnols au 16e siècle et chez William Byrd en Angleterre en 1591. Les majestueuses variations des grands organistes du 17e et du 18e siècles (Buxtehude, puis Johann Sebastian Bach) dévoilent toute la puissance créatrice de leurs auteurs.

Porté à son apogée par Beethoven au début du 19e siècle dans ses célèbres Variations Diabelli, le genre du thème avec variations s’avère donc l’un des plus féconds dans la musique occidentale ! Ne citons pour mémoire que La Follia d’Arcangelo Corelli, la fameuse Sarabande en ré mineur de Georg Friedrich Haendel (immortalisée dans Barry Lyndon de Stanley Kubrick), les célèbres Variations Goldberg de Johann Sebastian Bach, ou encore les très nombreuses Variations composées par Brahms pour piano seul et pour l’orchestre, les Variations symphoniques de César Franck, les Variations sur un thème de Rameau de Paul Dukas ou encore les Variations Corelli ou la Rhapsodie sur un thème de Paganini de Rachmaninov...

Reconnu comme l’un des plus grands maîtres de clavier de notre temps, le pianiste d’origine hongroise Andras Schiff est un interprète imaginatif et inspiré qui possède une imagination fabuleuse et une virtuosité sans faille. Magnifié par son élégance légendaire, sa vision des Variations pour piano de Mozart, Haydn, Schumann et Mendelssohn nous entraînera dans un monde d’émotions et de merveilleuses découvertes. Quant aux Variations Diabelli de Beethoven, Andras Schiff en livre une interprétation tout simplement magistrale... Une leçon de piano à ne pas manquer !

Lundi 11 juillet, Eglise Saint-Matthieu.
 

Sergej Krylov en tournée aux Etats-Unis

sergej-krylov.jpgAprès avoir triomphe dans le Concerto pour violon de Tchaïkovski à travers l’Europe (notamment sous la baguette de Valey Gergiev), Sergej Krylov jouera cette grande partition du répertoire aux Etats-Unis, notamment à Atlanta, sous la direction de Nicola Luisotti, le 14 avril 2011.
De retour en Europe, le violoniste russe est attendu à Parme le 20 mai dans le Concerto de Brahms et le 26 mai, Sergej Krylov dirigera du violon les Concertos de Paganini à Florence.

Vainqueur du prestigieux Concours Antonio Stradivari à Cremone, en Italie, pays où ce moscovite d’origine réside depuis de nombreuses années, Sergej Krylov sera enfin à l’affiche du Festival de Colmar le 6 juillet 2011 avec la pianiste Edna Stern.

Chapelle Saint-Pierre à 18h15.
Au programme : Bach, Ysaÿe, Manuel de Falla et Pablo de Sarasate.
 

Alexandre Ghindin ouvre le 9e festival « Kremlin en musique »

alexander_ghindin.jpgLe 9e festival « Kremlin en musique » se déroule du 11 au 17 avril dans la célèbre Chambre des Armures du Kremlin.
Alexander Ghindin en duo avec Nikolay Petrov, directeur artistique de la manifestation moscovite, a joué lors du concert inaugural de cette manifestation les Concertos pour deux pianos de Johann Sebastian Bach et de ses fils, Carl Philip Emanuel et Wilhelm Friedmann avec l’orchestre La Camerata de Russie.
Depuis une dizaine d’années, Alexander Ghindin et Nikolay Petrov joue ensemble avec un succès qui ne se dément pas, et en mai 2011, ils vont créer à Moscou la partition pour deux pianos du jeune compositeur russe Viacheslav Griaznov.
Le Festival de Colmar a été l’un des premiers à inviter Alexander Ghindin après son époustouflante prestation au Concours de la reine Elisabeth en 1999, où il a obtenu un deuxième prix (le premier n’étant pas attribué cette année-là). Depuis 2000, ce brillant virtuose se produit régulièrement à Colmar en soliste, en récital ou en formation de chambre.
Partenaire attitré de Vladimir Spivakov, avec lequel il a gravé les trois Sonates pour violon et piano de Brahms, Alexander Ghindin sera à nouveau au Festival le mardi 5 juillet 2011 (église Saint-Matthieu à 21h00).
« Soirée Sonates » avec Vladimir Spivakov : Brahms, Stravinski & César Franck.
 

John Axelrod en tournée avec le Philharmonique de Dresde

john_axelrod_par_stefano_bottesi.jpgDu 8 au 15 avril 2011, le chef d’orchestre américain est en tournée dans toute l’Europe de l’Est avec l’Orchestre Philharmonique de Dresde.
Après Dresde, il dirigera des concerts à Belgrade, Zagreb et Budapest. Sa tournée culminera à Varsovie, lors d’un concert donné dans le cadre du Festival Beethoven de Pâques, manifestation fondée et dirigée par Elzbieta Penderecka, épouse du grand compositeur polonais Krzysztof Pendercki, auquel le Festival de Colmar a rendu hommage en 2003.
John Axelrod a choisi pour cette tournée les œuvres de Schumann, Liszt, Brahms et Dvorak (notamment la célèbre Symphonie du Nouveau Monde que l’on pourra entendre à Colmar le 12 juillet à 21h00).

Actuellement en poste à l’Orchestre National des Pays de la Loire, le très talentueux chef américain revient pour la deuxième fois au Festival de Colmar en 2011-04-08à la tête de l’Orchestre National Philharmonique de Russie.
Il dirigera un superbe programme dédié à l’Espagne le samedi 9 juillet à 21h00.
Eglise Saint-Matthieu, soliste : Leticia Munoz Moreno, violon.
Bizet, Lalo, Debussy et Rimski-Korsakov seront de la fête...
 

Nathalia Romanenko en Italie

nathalia_romanenko1.jpgLa pianiste d’origine russe, fondatrice de l’association Extraordinaria Classica qui s’attache à faire sortir de l’oubli les partitions rares ou peu jouées, propose deux concerts en Italie, à Limbiate, le 30 avril et le 14 mai 2011, sous forme de rencontres musicales.

Nathalia Romanenko jouera avec le pianiste Sandro de Palma un programme d’œuvres pour piano à quatre mains intitulé « Voyage de Liszt en Europe » (œuvres de Liszt, Respighi, Brahms, Schubert, Donizetti et Glinka...),  puis donnera avec le trompettiste français Thierry Caens (qui a joué au Festival de Colmar 2002)  un concert « Cinéma et piano » qui mettra à l’honneur les pages de Couperin, Bach, Haendel, Poulenc ou encore Smetana.

Pour sa première venue au Festival de Colmar, Nathalia Romanenko se produira en « matinée sonates » avec le violoniste Amaury Coeytaux dans le cadre des « midis musicaux ».
Mardi 12 juillet 2011 à 12.30 au Koïfhus. Au programme : Ysaÿe, Liszt, Granados et Sarasate.
 

Marek Janowski et l'extase brucknérienne

janowski_bruckner.jpgAvant de quitter la direction artistique de l’Orchestre de la Suisse Romande, Marek Janowski se veut d’honorer sa promesse d’enregistrer l’intégrale des symphonies de Bruckner. Le grand chef allemand vient de publier la Symphonie n°7, l’une des populaires du répertoire brucknérien avec son sublime Adagio. Considéré comme l’un des meilleurs interprètes actuels de Bruckner, Marek Janowski dirigera pour la première fois de l’histoire du Festival de Colmar sa Cinquième symphonie à la tête de son Orchestre symphonique de la radio de Berlin. Une œuvre passionnante où se mêlent grandeur et humanité.

Dimanche 3 juillet, église Saint-Matthieu à 17h00.
 

En attendant Sarah Nemtanu et Antoine Tamestit dans Mozart...

antoine-tamestit-alto.jpgLa revue « Classica » du mois d’avril 2011 salue la sortie du dernier album de Frank-Peter Zimmermann (violon), Antoine Tamestit (alto) et Christian Poltera (violoncelle ) consacré au célèbre Divertimento pour cordes de Mozart (K 563). Moment partagé de plaisir et d’émotion, cette partition recèle de fabuleux trésors d’inventivité et de transparence.
A. Mignon complimente chaleureusement Antoine Tamestit en remarquant que la partie alto est « magnifiquement défendue ». Le Premier Trio à cordes de Schubert (K 471), proche de l’esprit du Divertimento mozartien, complète l’enregistrement.

C’est exactement le même programme que les festivaliers pourront entendre à Colmar le vendredi 8 juillet à 18h15 à la Chapelle Saint-Pierre !
La violoniste Sarah Nemtanu , que le grand public a découvert grâce au film Le Concert (2009), dans lequel elle a joué le Concerto de Tchaïkovski, sera entourée pour sa première venue à Colmar par l’altiste David Gaillard (premier alto solo de l’Orchestre de Paris) et le très talentueux violoncelliste français Christophe Morin .

Quant à Antoine Tamestit, il sera pour la première fois à l’affiche du Festival de Colmar dans la Symphonie concertante de Mozart aux côtés de Vladimir Spivakov au violon. Un duo qui promet d’être passionnant !
Dimanche 10 juillet à 17h00, église Saint-Matthieu, Orchestre National Philharmonique de Russie.
Egalement au programme de cette soirée Mozart, le Concerto pour piano n°24 avec Alexander Romanovsky .
 

Sergej Krylov à l'affiche de Monte-Carlo à Atlanta

sergej-krylov.jpgAprès une tournée en Allemagne et en Autriche qui l'a mené de Cologne au Musikverein de Vienne, le violoniste Sergej Krylov donnera un concert le samedi 2 avril à Monte-Carlo avant de s'envoler pour les Etats-Unis, où il est attendu notamment en Géorgie.

Originaire de Moscou, ce musicien est installé en Italie depuis plusieurs années.

Doté d'une technique prodigieuse, il poursuit une brillante carrière internationale après avoir remporté le concours Antonio Stradivari à Cremone, ainsi que celui de Fritz Kreisler à Vienne.

 

Directeur musical de l'Orchestre de chambre de Lituanie depuis 2009, Sergej Krylov viendra pour la première fois au Festival de Colmar avec son magnifique Stradivarius de 1734.

Le mercredi 6 juillet à 18h15, à la Chapelle Saint-Pierre Sergej Krylov jouera avec la pianiste Edna Stern la Sonate BWV 1017 de J.S. Bach, la Suite espagnole de Falla et la Fantaisie sur les thèmes de Carmen de Sarasate.

 

Il interprétera également la Deuxième sonate pour violon seul d'Ysaÿe dédiée à Jacques Thibaud .

 

 

Frederieke Saeijs se mesure aux Concertos pour violon de Bruch et d'Alban Berg

frederieke SAEIJS par-victor-wigliusGrand prix du Concours Long-Thibaud en 2005, la très talentueuse violoniste hollandaise Frederieke Saeijs joue le 1er avril 2011 à Dessau (en Allemagne ), l’un des plus célèbres concertos romantiques écrits pour son instrument, celui de Max Bruch.
De retour aux Pays-Bas le 3 avril pour un récital avec Nino Gvetadze, elle sera la soliste de l’Orchestre Philharmonique du Brabant les 15 et 17 avril dans le bouleversant concerto A la mémoire d’un ange, composé par Alban Berg.

C’est dans un autre chef-d’œuvre du répertoire concertant pour le violon que Frederieke Saeijs se produira au Festival de Colmar :
le vendredi 8 juillet, elle interprètera le Concerto pour violon de Jean Sibelius sous la baguette de Vladimir Spivakov.

Eglise Saint-Matthieu, à 21h00, Orchestre National Philharmonique de Russie.
Egalement au programme : le Concerto pour deux pianos de Francis Poulenc avec Hélène Mercier et Louis Lortie , ainsi que le Boléro de Maurice Ravel.
 

Vadim Gluzman en Suède

vadim_gluzman.jpgLa tournée européenne du printemps 2011 a conduit le violoniste israélo-américain Vadim Gluzman en Scandinavie, où il joue le 31 mars et le 1er avril le Concerto de Brahms avec le grand chef d’orchestre russe, Mikhaïl Jurowski.
Dès le 7 avril, le musicien sera de retour aux Etats-Unis, où l’on pourra l’applaudir dans le Concerto de Tchaïkovski sous la direction de Jacques Lacombe.

Depuis sa première apparition au Festival de Colmar en 1996, année où il remporte le prestigieux prix Henryk Szeryng, ce merveilleux violoniste a mené une carrière internationale des plus brillantes, et certains critiques n’hésitent pas à le comparer à Isaac Stern ou à David Oïstrakh...

Ne manquez pas le concert de Vadim Gluzman à Colmar en 2011 !
Il jouera sur son extraordinaire Stradivarius qui avait appartenu à Leopold Auer, le Concerto pour violon et orchestre de Brahms.

Jeudi 7 juillet 2011 à l’église Saint-Matthieu à 21h00.
Orchestre National Philharmonique de Russie dirigé par Vladimir Spivakov.
Egalement au programme : la Septième symphonie de Beethoven.




 

Cédric Tiberghien au Théâtre des Champs-Elysées

cedric_tiberghien_par_eric_manas.jpgLe dimanche 3 avril 2011, le pianiste français Cédric Tiberghien sera à l’affiche du Théâtre des Champs-Elysées, l’une des scènes les plus prisées de la capitale.
En compagnie du violoncelliste hollandais Peter Wispelwey (qui d’ailleurs a déjà au Festival de Colmar), Cédric Tiberghien jouera les œuvres de Schubert et de Chostakovitch.

Grand prix du concours Long-Thibaud en 1998 qui lance sa carrière, Cédric Tiberghien s’est imposé depuis lors comme l’un des pianistes les plus accomplis de sa génération. Pour sa première venue au Festival de Colmar, il se produira dans un répertoire qui lui va comme un gant : Beethoven et Brahms.

Le lundi 4 juillet 2011 à 18h15, dans le cadre des « après-midis » du Festival, il jouera la célèbre Sonate pour piano de Beethoven « quasi una Fantaisia »,
ainsi que deux Sonates pour violon et piano (de Beethoven et de Brahms) en duo avec la merveilleuse violoniste allemande Arabella Steinbacher .

Chapelle Saint-Pierre, le 4 juillet à 18h15 (concert sans entracte).
 

John Axelrod à la salle Pleyel à Paris

john_axelrod_par_stefano_bottesi.jpgC’est un concert particulier qui sera donné samedi 2 avril salle Pleyel à Paris. L’Orchestre National des Pays de la Loire et son directeur musical John Axelrod y orchestreront la rencontre de deux pianistes virtuoses, l’un venu du jazz, Herbie Hancock, l’autre du classique, Lang Lang.
"Il se crée une incroyable alchimie entre Herbie Hancock et Lang Lang. Au fil de la tournée mondiale que nous avons faite ensemble à l’été 2009, j’ai trouvé remarquable l’évolution de leur collaboration : Lang Lang se sentait libre d’improviser, alors qu’Herbie était calme et posé sur sa partition », raconte John Axelrod, le bouillonnant chef américain, qui sait donner tout son sens à cette rencontre. « Du rythme et du swing, une ‘perméabilité’ entre les traditions du jazz et du classique… Il y a beaucoup de sourires et d’expressivité pendant les concerts. On s’y amuse ! Pourtant, il s’agit bien d’un concert traditionnel, dans la manière dont le répertoire et l’orchestre sont présentés."
Berlioz, Ravel, Liszt, Brahms et Dvorak, mais aussi Gershwin : le programme promet de vrais moments d’émotion.
Ne doutons pas que l’émotion sera également très présente lors du concert que John Axelrod dirigera à Colmar le 9 juillet 2011 !
Au programme ibérique en diable : les extraits des Suites orchestrales de Carmen de Bizet, Iberia de Debussy, La Symphonie espagnole de Lalo avec Leticia Moreno au violon et le Capriccio espagnol de Rimski-Korsakov.
Eglise Saint-Matthieu, le samedi 9 juilet à 21h00, Orchestre National Philharmonique de Russie.
 

Le Festival de Colmar est sur MEZZO !

Le 30 mars 2011 à 20h30, la chaîne musicale MEZZO diffuse le concert du Quatuor Quatuor Ysaÿe, enregistré à Colmar le 6 juillet 2010 à 18h15 dans la Chapelle Saint-Pierre.
Le plus célèbre des quatuors à cordes français s’est produit dans le cadre des «après-midis » du Festival Et nous a offert un magnifique programme franco-russe qui correspondait parfaitement à l’hommage 2010.

Si vous n’avez pas pu assister à ce concert de haute tenue,  ou si vous voulez revoir les Ysaÿe jouer le Quatuor à cordes de Ravel et le Huitième quatuor de Chostakovitch,  ne manquez pas cette diffusion !
 

Alexander Romanovsky donne un récital au Carnegie Hall de New-York

alexander_romanovskyLe 30 mars 2011, le Carnegie Hall de New-York, l’un des lieux mythiques pour les amateurs de la musique classique, accueille le jeune pianiste d’origine ukrainienne Alexander Romanovsky.
Son programme, ambitieux et passionnant, regroupe les Variations sur un thème de Paganini de Brahms et la Deuxième sonate pour piano de Rachmaninov, compositeur auquel Alexandre Romanovsky a consacré en 2010 son récital colmarien.

Pianiste extraordinairement doué, Alexandre Romanovsky possède à vingt-sept ans un impressionnant palmarès : vainqueur de plusieurs concours internationaux, il remporte en 2001 celui de Ferruccio Busoni à Bolzano, en Italie, pays où il réside depuis plus de dix ans.

Faut-il rappeler qu’à l’instar de tant d’autres pianistes de renommée mondiale (Arcady Volodos ou encore Evgeny Kissin), Alexander Romanovsky a fait ses débuts en France au Festival de Colmar.
C’était en 1996, il avait douze ans... Alexander Romanovsky revient en 2011 pour la sixième fois à Colmar, dans l’un des plus beaux Concertos pour piano de Mozart, celui en ut mineur (le n°24).

Dimanche 10 juillet à 17h00, « Soirée Mozart » à l’église Saint-Matthieu.
Orchestre National Philharmonique de Russie, direction : Vladimir Spivakov
Egalement au programme : la Symphonie concertante pour violon, alto et orchestre avec Vladimir Spivakov et Antoine Tamestit .
 

Grigory Sokolov au Concertgebouw d'Amsterdam

sokolov.jpgAprès avoir triomphé début mars 2011 à Budapest, Francfort, Genève et Zurich, Grigory Sokolov donne un récital dans la mythique salle du Concertgebouw d’Amsterdam qui possède une des meilleures acoustiques du monde.

A l’heure actuelle, Grigory Sokolov est considéré comme l’un des pianistes les plus authentiques et les plus talentueux de notre époque, et ses concerts sont toujours des triomphes.
Celui que l’on appelle parfois le « Glenn Gould russe » est un perfectionniste infatigable, un véritable magicien du clavier, un artiste hors-normes, et aucune de ses interprétations ne peut laisser indifférent...

Pianiste hors du commun et totalement inclassable, Grigory Sokolov se dédie presque exclusivement aux récitals, et ses apparitions annuelles au Festival de Colmar constituent, depuis 2006, un véritable évènement.
Venez écouter ce génie du piano à l’église Saint-Matthieu dans Bach et Schumann le 6 juillet 2011 !
 

François Salque et le violoncelle romantique

francois_salque.jpgLe dimanche 27 mars 2011, François Salque donnera avec le violoniste Svetlin Roussev et la pianiste Elena Rozanova (que les festivaliers ont pu applaudir à Colmar en 2005...) un concert entièrement dédié aux trios avec piano de la première période romantique. Beethoven et Mendelssohn seront au programme...

François Salque est l’un des violoncellistes français les plus primés dans les concours internationaux, lauréat du Concours Rostropovitch, couvert de prix et de récompenses depuis quinze ans, il fut pendant cinq ans membre du célèbre Quatuor Ysaÿe.
Ce magnifique musicien possède une science du chant et du legato incomparable, et il a toujours été chaleureusement applaudi à Colmar lors de ses précédentes venues (en 2003, 2006, 2007 et 2008).
En 2011, François Salque revient au sein d’une formation de chambre en hommage au légendaire Trio qu’avaient formé Jacques Thibaud, Pablo Casals et Alfred Cortot-Casals, aux côtés du violoniste Alexandre Burssilovsky (grand prix du Concours Long-Thibaud) et du pianiste Roustem Saïtkoulov (lauréat du Concours Long-Thibaud).

Concert de musique de chambre le samedi 2 juillet 2011 dans le cadre des « après-midis » du Festival à 18h15 à la Chapelle Saint-Pierre.
Au programme : deux chefs-d’œuvre du répertoire romantique – le Trio en ré mineur opus 63 de Robert Schumann et le Premier trio en ré mineur opus 49 de Felix Mendelssohn.


 

L'Orchestre symphonique de la radio de Berlin joue au profit des sinistrés au Japon

orchestre_de_la_radio_de_berlin.jpgLe 26 mars 2011, l’Orchestre RSB propose aux berlinois un concert exceptionnel dans Berliner Dom, la cathédrale historique de Berlin située sur l'île aux Musées.

Profondément touchés par la catastrophe qui a frappé le Japon, les musiciens du RSB ont pris l’initiative de ce concert de bienfaisance.
Ils joueront sous la direction du Tobias Brommann, le Domkantor, et avec la participation de plusieurs formations chorales de la capitale allemande, l’un des chefs-d’œuvre de la musique chorale occidentale, le bouleversant Requiem allemand de Johannes Brahms

Venez applaudir cette remarquable phalange berlinoise à Colmar sous la baguette de son directeur musical depuis 2002, le grand chef allemand Marek Janowski  !
Trois programmes passionnants vous attendent à l’église Saint-Matthieu.
Le vendredi 1er juillet à 21h00: Weber, Saint-Saëns & Mozart (soliste : Arabella Steinbacher, violon)
Le samedi 2 juillet à 21h00 : Weber, Saint-Saëns & Mozart (soliste : Barry Douglas, piano)
Le dimanche 3 juillet à 17h00 : concert événement ! Pour la première fois de l’histoire du festival la Cinquième symphonie
d’Anton Bruckner résonnera sous les voûtes de Saint-Matthieu !
 

Coup de projecteur : Les Concertos de Saint-Saëns

arabella-steinbacher_2011.jpgHéritière de la « double école » de violon russe et allemande, Arabella Steinbacher est une musicienne au jeu racé et sensible. Elle est saluée comme l’une des plus remarquables violonistes de sa génération, et, après le succès mérité qu’elle avait remporté à Colmar en 2007, elle a été choisie par Marek Janowski pour ouvrir la 23ème édition du Festival dans le Troisième concerto pour violon et orchestre de Camille Saint-Saëns.

Le 2 juillet 2011, c’est barry_douglas_par-mark_harrison.jpgBarry Douglas , pianiste et chef d’orchestre irlandais que les festivaliers connaissent bien car il joue à Colmar depuis 1992, qui interprétera le magnifique Deuxième concerto pour piano de Saint-Saëns, l’n des plus beaux du répertoire romantique.

Camille Saint-Saëns, c’est le paradoxe fait homme. Un compositeur que ses pairs – Berlioz, Liszt, Wagner ou Gounod – admirent pour ses éminentes qualités, mais qui reste cependant méconnu dans son propre pays, alors qu’on ne cesse de le jouer à l’étranger ! Peut-être, parce qu’il incarne l’idée que l’on se fait du Français et de la France, faite d’harmonie, de culture, de séduction, de légèreté...

Né huit ans seulement après la disparition de Beethoven et décédé huit ans après la première du Sacre du printemps de Stravinski, Camille Saint-Saëns, l’inclassable, jouit à son époque d’une renommée considérable dans le monde musical européen. Il serait temps de reconnaître en Camille Saint-Saëns un homme de grand métier, un des meilleurs orchestrateurs du 19e siècle, un perfectionniste de la forme et un véritable « chef d’école » pour la musique française dont il ne cessa jamais d’encourager les cadets, comme Gabriel Fauré. A cet égard, il suffit d’écouter attentivement ses Concertos qui démentent elles-mêmes bien des clichés !

Vendredi 1er juillet 2011, église Saint-Matthieu à 21h00
Camille Saint-Saëns : Concerto pour violon et orchestre n°3 en si mineur opus 61
Samedi 2 juillet 2011, église Saint-Matthieu à 21h00
Camille Saint-Saëns : Concerto pour piano et orchestre n°2 en sol mineur opus 22
 

Coup de cœur : la musique d'Anton Bruckner résonnera enfin dans l'église Saint-Matthieu

anton_bruckner.jpgUn des plus grands interprètes actuels de Bruckner, Marek Janowski va diriger pour la première fois de l’histoire du Festival de Colmar une partition du compositeur autrichien, sa monumentale Cinquième symphonie.

Richard Wagner aimait répéter que Bruckner était le compositeur qui approchait le plus de Beethoven et Gustav Mahler n’a jamais caché ce qu’il devait à l’organiste du monastère de Saint-Florian. Personnalité attachante et totalement atypique, Anton Bruckner, fils d’un instituteur de campagne, deviendra en effet l’un des plus grands symphonistes de la fin du 19ème siècle. Contemporain de Brahms qui fut son ennemi déclaré à Vienne, Bruckner nous laisse un ensemble de symphonies unique. Entreprise sur le tard, c’est une œuvre profondément originale, animée par une intense vie intérieure et la ferveur de son inébranlable foi catholique. A l’époque, où l’on se passionne pour la musique à programme en prônant un retour aux « valeurs nationales », Bruckner, résolument hors temps, ne cesse d’ériger ses « cathédrales » sonores.

Remarquable organiste, Bruckner a été invité en France pour inaugurer un orgue à Nancy. Sa prestation lui vaut d’être invité à jouer à Notre-Dame de Paris, où il aura l’occasion d’impressionner profondément César Franck, Camille Saint-Saëns et Charles Gounod par ses improvisations aux grandes orgues. Ce séjour parisien restera par ailleurs l’un de ses rares voyages à l’étranger...

La Symphonie n°5 apparaît comme la plus ‘classique’ des neuf symphonies de Bruckner. Il la désigne lui-même comme son « chef-d'œuvre de contrepoint » et la compréhension de ce vaste ensemble ne nécessite a priori aucune explication programmatique ou théorique. En effet, il suffit à l’auditeur de se laisser transporter la musique de Bruckner avec ses subits changements de rythmes et ses incroyables variations de volume sonore. Ajoutons que le compositeur surnommait sa Cinquième « La Fantastique » sans que l’on sache s’il se référait à notre Berlioz national... Ajoutons que le compositeur n’a jamais entendu sa colossale Symphonie en si bémol majeur car, gravement malade, il n’a pas pu se rendre au concert de Graz, où la partition a été donnée pour la première fois.

Eglise Saint-Matthieu, le dimanche 3 juillet à 17h00.
 

Marek Janowski à Colmar : un événement que bien des festivals nous envient !

marek_janowski_par-felix-broede_2011.jpgImmense chef d’orchestre allemand, courtisé par les plus prestigieuses formations orchestrales du monde, Marek Janowski revient à Colmar à la tête de son fabuleux Orchestre symphonique de la radio de Berlin pour trois concerts qui s’annoncent « incontournables ».

Né à Varsovie, Marek Janowski a grandi en Allemagne. Il a débuté sa carrière comme chef de chœur et chef d’orchestre à Aix-la-Chapelle, Cologne, Düsseldorf et Hambourg.

En 1999, Marek Janowski accepte pour la première fois une invitation du Rundfunk Sinfonieorchester Berlin (Orchestre symphonique de la radio de Berlin) et devient son directeur artistique en septembre 2002. Depuis 2000, il dirige régulièrement l’Orchestre philharmonique de Monte-Carlo et a pris en charge en 2005 la direction musicale de l’Orchestre de la Suisse Romande à Genève, poste qu’il quittera en 2012.

Rappelons que de 1984 à 2000, Marek Janowski a été le directeur musical de l'Orchestre philharmonique de Radio France et en a fait l’un des orchestres français les plus renommés sur la scène internationale !

Marek Janowski et « son » Orchestre symphonique de la radio de Berlin seront à Colmar le 1er, 2 & 3 juillet 2011 (Église Saint-Matthieu, à 21h00 les 1er et 2 juillet, à 17h00, le dimanche 3 juillet).
 

John Axelrod dirige Gorecki à Copenhague

john_axelrod_par_stefano_bottesi.jpgLes 24 et 25 mars 2011, John Axelrod sera pour la première fois à la tête de l’Orchestre National de la radio danoise à Copenhague.
Au programme de ce concert dédié à la mémoire de Henryk Gorecki, compositeur polonais récemment disparu, il y aura sa célèbre Troisième symphonie, ainsi que la Suite de l’opéra Khovantschina de Modeste Moussorgki.

Le très talentueux chef américain est très attendu dans la capitale danoise !

Au Festival de Colmar 2011, John Axelrod fera ses débuts à la tête de l’Orchestre National Philharmonique de Russie dans un tout autre répertoire :
il dirigera un splendide programme d’œuvres de compositeurs russes et français dédiées à l’Espagne : Bizet, Lalo, Debussy, Rimski-Korsakov...
Eglise Saint-Matthieu, le samedi 9 juillet à 21h00.
 

Printemps Weber à Paris

carla.maria_.von_.weber_.jpg« Deux Freischütz, puis un Oberon ... la France reconnaîtrait-elle enfin le génie de Carl Maria von Weber ? Même son Franc-tireur, le chef d’œuvre du premier romantisme lyrique allemand, y est trop souvent boudé, alors que passé le Rhin aucune maison d’opéra ne l’ignore... », écrit Jean-Charles Hoffelé sur « Concertclassics.com  ».
Contemporain de Schubert et de Beethoven, Weber a écrit plus de 300 œuvres, dont neuf opéras, des Lieder, des pièces chorales, deux symphonies, plusieurs concertos, de très brillantes pièces pour le piano et de la musique de chambre. Il donne à l’opéra allemand, face à « l’invasion » des compositeurs italiens, non seulement un droit de reconnaissance, mais de véritables lettres de noblesse. Le rayonnement de Weber ne se limite pas à l’Allemagne, et des compositeurs aussi différents que Mendelssohn, Chopin, Glinka ou Wagner reconnaîtront son influence.
A Paris, John Eliot Gardiner, qui avait littéralement réinventé Oberon voici quelques saisons au Châtelet, offre d’abord une rareté, la version française de l’ouvrage, « revue et corrigée » par Hector Berlioz. Alors qu’à Saint-Etienne, le Grand Théâtre Massenet monte la version originale en allemand sous la baguette imaginative de Laurent Campellone.
Deux œuvres de Carl Maria von Weber seront au programme du Festival de Colmar 2011 car ce compositeur (et notamment sa Sonate pour piano) était cher au cœur de Marguerite Long .
Marek Janowski dirigera à la tête de l’Orchestre symphonique de la radio de Berlin l’Ouverture de l’opéra Oberon (le 1er juillet) et celle de l’opéra Euryanthe (le 2 juillet).
Eglise Saint-Matthieu à 21h00.
 

Page 8 of 20

Go to top