Vadim Gluzman (violon)

vadim_gluzman_2011.jpg« Le jeu de Gluzman est d'une vitalité réjouissante... on ne saurait oublier une légèreté remarquable et un lyrisme séduisant. La chaleur, la fougue, la liberté du ton et la maestria du violoniste sont communicatives ! » (Classica)

« On doit saluer le talent du violoniste qui aborde chaque œuvre avec le tempérament et la chaleur caractéristique de son jeu en leur insufflant un ton personnel, apanage des musiciens authentiques ! Interprétation singulière et inspirée... (Diapason).

Le violoniste israélien Vadim Gluzman est reconnu comme l’un des musiciens les plus passionnants et complets de sa génération. Souvent comparé aux grands violonistes du passé, il s’est imposé en soliste et en duo, formé avec sa femme, la pianiste Angela Yoffe. Né en Ukraine en 1973, il émigre en Israël en 1990. Formé par Zakhar Bron, puis Yair Kless à Tel-Aviv, il se perfectionne à la Juilliard School avec Dorothy DeLay. Encouragé et soutenu par Isaac Stern, Vadim Gluzman reçoit en 1994 le prestigieux prix de la Fondation Henryk Szeryng.
Vadim Gluzman a joué en soliste avec la majeure partie de grands orchestres européens et nord-américains : les Philharmoniques de Londres et de Munich, les Symphoniques de Chicago et de San Francisco, l’Orchestre symphonique de Berlin, la Staatskapelle de Dresde, pour ne citer qu’eux. Il a collaboré avec nombre de chefs réputés tels que Neeme Järvi, Marek Janowski, Dmitri Kitaenko, Paavo Järvi, Rafael Frühbeck de Burgos, Yan Pascal Tortelier. Invité par les festivals internationaux les plus renommés, le violoniste a été applaudi à Verbier et à Ravinia, à Lockenhaus et à Montpellier.

Vadim Gluzman a enregistré en 2010 le Concerto pour violon de Korngold avec l’Orchestre de la Haye sous la direction de Neeme Jarvi, ainsi que le Concerto de Barber avec John Neschling. Il compte également à son actif les Concertos de Tchaïkovski et Glazounov avec Andrew Litton.
Vadim Gluzman joue l’extraordinaire Stradivarius de 1690 dit « ex-Leopold Auer » prêté par la Société Stradivarius de Chicago.



gluzmann_bruch.jpgMax Bruch - Concerto pour violon N°1. Quintette à cordes. Romance.
Vadim Gluzman ( violon )
Bergen Philharmonic Orchestra
Andrew Litton ( Direction )

BIS Codaex distribution 2011

Ecouter un extrait du CD play

Voici, à n’en pas douter, l’un des plus grands enregistrements de ces dix dernières années !
Consacré au compositeur allemand Max Bruch (1838-1920), il propose le célébrissime Concerto pour violon et orchestre n°1 en sol mineur op.26, que l’on entend souvent couplé avec celui de Mendelssohn, la Romance op.85 et le Quintette à cordes datant de 1918, qui est une véritable révélation.

L’atout majeur de ce SACD, dont la captation sonore est également remarquable, est bien évidemment le violoniste Vadim Gluzman au jeu à la fois passionné et subtil, offrant une finesse de phrasé inégalée.
L’osmose parfaite avec la direction inspirée d’Andrew Litton soulève l’enthousiasme comme rarement et si l’émotion est présente de bout en bout, c’est bien aussi grâce à cet équilibre parfait.

Jean-Jacques Millo

 
Aller au haut