Haochen Zhang au Théâtre de la Ville à Paris

Haochen ZhangLe samedi 7 mars 2015, le Théâtre de la Ville propose un nouveau concept intitulé « Trois concerts en un » avec le pianiste chinois Haochen Zhang, le violoniste russe Marc Bouchkov et l’altiste français Adrien La Marca (qui, rappelons-le, a joué en formation de chambre au Festival de Colmar en 2014).

 Une véritable opportunité pour de jeunes interprètes à qui l’on donne la possibilité de se faire connaître à Paris...

Et un superbe cadeau pour le public qui peut découvrir d’un seul coup trois musiciens talentueux et enthousiastes !

Au programme : Chopin, Beethoven, Schubert, Prokofiev, Bridge…

Haochen Zhang assumera à la fois les rôles de soliste (Chopin et Beethoven) et de chambriste.

Révélé par son triomphe au Concours Van Cliburn, il bat en brèche tous les préjugés concernant les musiciens chinois : sa sensibilité et son sens du style sont à la hauteur de sa virtuosité !

Pour sa première venue au Festival de Colmar, Haochen Zhang se produira dans le cadre du « midi musical » avec le très talentueux violoncelliste français Aurélien Pascal.

Koïfhus, salle Roesselmann à 12h30 le mardi 7 juillet 2015.

Au programme : Beethoven, Debussy et Fauré. 

 

 

La magistrale leçon de style de Marek Janowski

Marek Janowski

Le dimanche 22 février, dans le célèbre Konzerthaus de Berlin plein à craquer, Marek Janowski a proposé à la tête de son Orchestre symphonique de la radio de Berlin un somptueux programme composé de deux symphonies de Haydn et du Troisième concerto pour piano de Bartok (avec en soliste Francesco Piemontesi).

On le savait : l’orchestre RSB fait partie des meilleures formations européennes...

Quant à la musique du classicisme viennois, et notamment à la superbe lecture de l’une des plus belles « Symphonies londoniennes » de Haydn (la n°99), Marek Janowski a apporté une nouvelle fois la preuve – s’il en fallait une ! –qu’il reste LE maître incontesté de ce répertoire.

Une longue ovation méritée  (contrairement, à ses habitudes, le grand chef allemand a même bissé le célèbre Menuet !) a conclu cette soirée enthousiasmante.

Si vous ne pouvez pas aller l’écouter à Berlin, ne manquez pas les concerts que Marek Janowski va diriger en 2015 à Colmar !
Mozart et Richard Strauss – le 3 juillet à 21h,
Wagner, Liszt et Beethoven – le 4 juillet à 21h,
et la suite du cycle Bruckner avec la Symphonie n°4, la « Romantique » - le dimanche 5 juillet à 17h.
 

Grigory Sokolov chez Deutsche Grammophon

The Salzburg Recital  Grigory SokolovLe premier album que Deutsche Grammophon consacre à Grigory Sokolov, la « légende vivante du piano », selon la terminologie consacrée, reprend le programme de son récital au Festival de Salzbourg en 2008.

Grigory Sokolov appartient à l’évidence à la lignée de pianistes d’exception touchée par la grâce et qui transcendent la notion de la perfection du jeu.

Tout est dit dès les premières mesures, de l’instant où il pose ses mains sur le clavier...

« La douceur et l’élégance de la du phrasé fascinent tout autant que le contrôle absolu du temps...

Nul maniérisme, nul pathos, rien qui ne soit absolument nécessaire à l’expression du chant jusqu’à passion, concentration absolue », écrit Stéphane Friedrich dans « Classica » du mois de mars 2015, revue qui consacre un portrait à Grigory Sokolov dont le disque obtient un « Choc » bien mérité.

Grigory Sokolov reviendra pour dixième année consécutive au Festival de Colmar dans un éblouissant programme Bach-Beethoven-Schubert.

Un récital très attendu...

Le vendredi 10 juillet à 21h00, église Saint-Matthieu.

 Clic sur l'image pour découvrir le portrait de Grigori Sokolov paru dans Classica :

 itw sokolov classica

 

L’appel du cor avec David Guerrier...

HD David GUERRIERSouvent pédagogique, la programmation de l’Orchestre symphonique de l’Aube fera appel, les 17 et 18 janvier 2015, à David Guerrier, trompettiste et corniste virtuose, lauréat de la « victoire de la musique classique » en 2004 et en 2007.

Ce musicien trentenaire que le Festival de Colmar invite régulièrement dès 2001, a un parcours pour le moins atypique.

Après des études de trompette au Conservatoire de Lyon, suivies d’un premier prix au concours Maurice André en 2005, il entreprend avec autant de succès d’apprendre le cor.

Il a été cor solo de l’Orchestre national de France sous la direction de Kurt Masur de 2004 à 2009, puis à l’Orchestre philharmonique du Luxembourg sous la direction d’Emmanuel Krivine de 2009 à 2010.

La démarche artistique de David Guerrier, à la fois authentique, passionnée et généreuse, est unanimement saluée par la critique musicale.

Celui que Maurice André qualifiait dans sa dernière interview de talent « extraterrestre » revient pour la troisième fois à Colmar et sera le supersoliste du concert proposé du 12 juillet 2015.

David Guerrier jouera à la fois au cor et à la trompette...

Il interprètera le fabuleux Quatrième concerto pour cor et orchestre de Mozart, ainsi que le célèbre Concerto pour trompette de Haydn, œuvre des plus emblématiques du répertoire de Maurice André.

Dimanche 12 juillet 2015 à 21h00, église Saint Matthieu, Orchestre National Philharmonique de Russie, direction : Vladimir Spivakov.

 

Mariam Adam à Sète

Mariam Adam  Clarinette
A  l’instar de Sabine Meyer et de Sharon Kam, la jeune et talentueuse musicienne américaine Mariam Adam prouve que l’excellence de la clarinette se décline désormais au féminin !

Le 17 janvier 2015, Mariam Adam est à l’affiche d’un passionnant concert au Théâtre Molière de Sète :

elle joue avec le Trio de Jérusalem (que le Festival de Colmar a déjà accueilli à deux reprises en 2005 et en 2013) le mythique Quatuor pour la fin du temps composé par Olivier Messiaen lors de sa détention dans un camp de prisonniers et inspiré par l’Apocalypse de saint Jean.

 

Mariam Adam se produira pour la première fois au Festival de Colmar en 2015 aux côtés de l’extraordinaire altiste française Lise Berthaud et du pianiste Eric Le Sage que l’on ne présente plus !

Au programme : Schumann et le fameux « Trio des Quilles » de Mozart.

Samedi 11 juillet, chapelle Saint Pierre à 18h15.

 

Pascal Moraguès à Chantilly

Pascal Moragues - ClarinetteLe grand clarinettiste français qui avait enchanté les festivaliers lors de sa venue à Colmar en 2012, est à l'affiche du concert donné aux Grandes Ecuries de Chantilly le 10 janvier 2015.

Pascal Moraguès joue la transcription pour clarinette et orchestre du célèbre Quintette pour cordes et clarinette de Weber sous la direction d'Alexander Rudin.

C'est la version d'origine de ce fabuleux Quintette de Weber que Pascal Moraguès va interpréter au Festival de Colmar en 2015 avec le Quatuor à cordes Danel.

Egalement au programme : le Quintette pour cordes et clarinette K 581 de Mozart.

Samedi 11 juillet 2015 à 18h15, Chapelle Saint Pierre.

 

Le Quatuor Voce et Pierre Génisson à Marseille

Quatuor Voce photo Sophie PawlakAprès Châteaubriant et Meaux, l’excellente formation française est l’invitée de la Société de musique de chambre de Marseille le 27 janvier 2015.

Ce concert, entièrement consacré à la musique française (Debussy, Ravel et Jolivet), donne l’occasion au Quatuor Voce de jouer avec la harpiste Delphine Benhamou, la flûtiste Julie Huguet et le très talentueux clarinettiste Pierre Génisson qui se produira pour la première fois au Festival de Colmar en 2015.

Venez écouter le Quatuor Voce en compagnie de la hautboïste Céline Moinet le jeudi 9 juillet à 12h30 au Koïfhus !

Une occasion rare de découvrir, entre autres, le « Quatuor-Fantaisie » de Benjamin Britten pour cordes et hautbois.

  • Quant à Pierre Génisson, ne manquez pas ses débuts au Festival de Colmar le 4 juillet à 12h30 au Koïfhus !

Il jouera, notamment, avec le pianiste Gaspard Dehaene et la violoncelliste Estelle Revaz le magnifique Trio avec clarinette opus 114 de Brahms.

 

Marek Janowski dirige Britten et Chostakovitch à la Philharmonie de Berlin

osr berlin marek janowski arabella steinbacher. photo bernard fruhinsholz. 27Le concert du 20 janvier 2015 de l’Orchestre symphonique de la radio de Berlin à la légendaire Philharmonie sous la baguette experte et inspirée de Marek Janowski est entièrement dédié à la musique du 20e siècle. L’illustre chef d’orchestre allemand a choisi de confronter les œuvres de deux compositeurs majeurs de notre temps qui, par ailleurs, se connaissaient très bien et étaient même amis...

Pour le Concerto opus 15 de Britten, Marek Janowski a invité l’admirable violoniste américain Gil Shaham que le Festival de Colmar avait eu l’honneur d’accueillir dès 1993.

Quant à Chostakovitch, le directeur musical du RSB a choisi l’une des ses symphonies les plus énigmatiques et les plus singulières, la Quatrième.

Depuis 1996, chaque venue de Marek Janowski au Festival de Colmar crée le même engouement...

Il revient avec son orchestre pour trois concerts hauts en couleurs: Mozart, Beethoven, Liszt, Wagner, Richard Strauss et Bruckner seront à l’honneur les 3, 4 et 5 juillet 2015, église Saint-Matthieu à 21h00.

 

Le Quatuor Voce célèbre la création au féminin

Quatuor Voce photo Sophie Pawlak Pour la saison 2015, les conférences-concerts de midi qui se déroulent à la Sorbonne sont placés sous le signe du « nom féminin ».

On sait que les femmes interprètes ont toujours occupé une place essentielle dans l’histoire de la musique...

Cependant, la création musicale assurée par des femmes reste moins connue.

Loin d’opposer les compositeurs hommes et femmes, l’excellent quatuor à cordes français Voce ( lauréats des concours de Généve, Vienne, Bordeaux et Londres) proposera les 2 et 6 mars 2015 une mise en perspective inédite entre le sublime Deuxième Quatuor de Leos Janacek (« Lettres intimes ») et le trop rarement donné Quatuor en mi bémol majeur écrit par Fanny Mendelssohn.

Venez découvrir le Quatuor Voce qui se produira pour la première fois au Festival de Colmar l’été prochain !

Le jeudi 9 juillet 2015 à 12h30, dans le cadre des « midis musicaux », le Quatuor Voce offrira - avec la complicité de la merveilleuse jeune hautboïste française Céline Moinet

un superbe programme Mozart – Beethoven – Britten.

Koïfhus, salle Roesselmann.

 

Le Quatuor Zaïde, « star » montante des cordes

Quatuor Zaide

 En 2010, un an seulement après sa constitution, le Quatuor à cordes Zaïde remporte une impressionnante série de prix :

le prix de la presse internationale décerné à l’unanimité au concours international de quatuors à cordes de Bordeaux, le 3e prix du concours international de quatuors à cordes de Banff (Canada) et le premier prix du concours international Charles Hennen à Heerlen (Hollande).

 

Le Quatuor Zaïde est dorénavant sélectionné pour la  très prestigieuse tournée 2015 des « Rising stars » : la jeune formation française se produira dans les plus grandes salles en Europe. Ce périple les ménera au Concertgebouw d’Amsterdam et au Barbican Centre de Londres, à la Philharmonie de Cologne  et au Festspielhaus de Baden Baden, à la Cité de la musique à Paris et lau Konzerthaus de Vienne, sans oublier la Philharmonie de Luxembourg, la Fondation Gulbenkian à Lisbonne ou encore le Bozar de Bruxelles...

 

Pour leur première apparition au Festival de Colmar, les musiciennes proposeront un programme Haydn-Beethoven de haute tenue avec, notamment, l’opus 130 de Beethoven, chef d’œuvre absolu de la littérature pour quatuor à cordes.

A vos agendas !

Mercredi 8 juillet à 18h15, Chapelle Saint Pierre.

 

Eric Le Sage à Tokyo

Eric Lesage piano_photo_Jean-BaptisteMillotLe 15 janvier 2015, le pianiste français Eric Le Sage donne un concert au célèbre Suntory Hall de Tokyo avec le violoniste japonais Daishin Kashimoto (qui s’est déjà produit au Festival de Colmar en formation de chambre).

Réputé pour la subtilité de sa sonorité, l’intelligence et la poésie de son interprétation, Eric Le Sage reviendra à Colmar en 2015 pour la plus grande joie des amateurs de l’école française de piano.

Aux côtés de la magnifique altiste française Lise Berthaud et de la très talentueuse clarinettiste Mariam Adam, Eric Le Sage sera l’interprète d’un programme Mozart-Schumann qui lui va comme un gant !

Samedi 11 juillet à 18h15, Chapelle Saint-Pierre

 

David Kadouch au Théâtre des Bouffes du Nord

david kadouch et npr. photo bernard fruhinsholz 11Dans le cadre de « La Belle Saison » au célèbre Théâtre des Bouffes du Nord parisien, David Kadouch est à l’affiche du concert très alléchant proposé le 19 janvier 2015.

Le jeune pianiste français qui, ces dernières années, a été acclamé à plusieurs reprises au Festival de Colmar, joue à cette occasion - aux côtés du Quatuor à cordes Diotima le fameux Quintette en fa mineur opus 34 de Brahms.

Après le Troisième concerto de Beethoven et un programme chambriste (en 2014), David Kadouch reviendra à Colmar dans le répertoire russe et sera le soliste du Premier concerto pour piano, trompette et orchestre de Chostakovitch.

Mardi 7 juillet 2015, Eglise Saint-Matthieu, Orchestre National Philharmonique de Russie, direction : Vladimir Spivakov.

 

Renaud Capuçon est nommé directeur artistique des Sommets musicaux de Gstaad

FIC 2013 6 juillet CAPUCON RENAUD CAUSSE MOREAU CR bernard fruhinsholz 69Le violoniste français ajoute une nouvelle manifestation à son archet : déjà à la tête du Festival de Pâques d’Aix-en-Provence (dont la 3ème édition a lieu en 2015), il vient d’être nommé directeur artistique des Sommets musicaux de Gstaad où il succède à Thierry Scherz.

Déjà présent en Suisse (il est professeur à la Haute école de musique de Lausanne), Renaud Capuçon programmera sa première édition dans la très réputée station de montagne durant l’hiver 2016.

 

Quant à sa deuxième apparition au Festival de Colmar en 2015, Renaud Capuçon sera à l’affiche du Triple Concerto de Beethoven aux côtés de son frère, le violoncelliste Gautier Capuçon et de la pianiste franco-canadienne Hélène Mercier.

 

Une soirée Beethoven à ne pas manquer !

Samedi 11 juillet 2015 à 21h00, église Saint-Matthieu, Orchestre National Philharmonique de Russie sous la direction de Vladimir Spivakov

 

Marek Janowski invité à Bayreuth !

FIC 2013 3 juillet RSB JANOWSKI VINNITSKAYA CR bernard fruhinsholz 23Les amateurs d’art lyrique et de Wagner attendaient cette nouvelle depuis plusieurs années...

Marek Janowski, qui avait cessé de dirigé les opéras depuis la fin des années 1990, devrait retrouver dès 2016 le chemin de la fosse, mais pas de n’importe laquelle : « l’abîme mystique » du célèbre Festspielhaus de Bayreuth lui tend les bras !.

L’illustre chef d’orchestre allemand y dirigera le Ring mis en scène par Frank Castorf.

Pour faire patienter les admirateurs de Marek Janowski, le Festival de Colmar l’invite avec son magnifique Orchestre symphonique de la radio de Berlin à inaugurer l’édition 2015 avec trois programmes de haute tenue dont l’Ouverture du Vaisseau fantôme de Richard Wagner et la Quatrième symphonie, dite « Romantique » d’Anton Bruckner.

<span >Les 3, 4 et 5 juillet 2015, église Saint-Mattieu à 21h.

 

David Kadouch, de Toulouse à Washington...

David Kadouch2 crédit photo David KadouchAprès avoir brillamment joué le Deuxième concerto de Beethoven le 7 novembre 2014 à la Halle aux Grains (avec le Capitole de Toulouse et Joseph Swensen) et un concert de musique de chambre très remarqué à Moscou aux côtés du violoniste Renaud Capuçon, le jeune pianiste français est parti en tournée aux Etats-Unis, où il donne des récitals à Miami et à Washington. Son récital dans la capitale américaine (Bach, Schumann, Liszt et Bartok ») a été qualifié par le Washington Post de « brillant et imaginatif ».

David Kadouch (qui fut la « révélation jeune talent » des « Victoires de la Musique » en 2010 et « Young Artist of the Year » aux Classical Music Awards en 2011) se produit au Festival de Colmar en soliste et en formation de chambre depuis plusieurs années.

Il sera 7 juillet 2015 l’interprète du superbe Concerto pour piano et trompette de Chostakovitch sous la baguette de Vladimir Spivakov.

Eglise Saint-Matthieu à 21h00., Orchestre National Philharmonique de Russie.

------------------------------

The Washington Post

 By Patrick Rucker, December 7

French pianist David Kadouch played an intelligent and imaginative recital in the Meyer Concert Series on Friday night.

Kadouch’s program, titled “The Traveler’s Ear,” centered on four Western composers inspired by travel.

First was Bach’s “Capriccio on the Departure of His Beloved Brother,” the composer’s farewell to his older brother, who left Germany for Sweden. Kadouch’s lavishly embellished and sparsely pedaled interpretation captured the sense of a tender, heartfelt farewell.

Schumann’s evocative “Forest Scenes,” nine vignettes depicting an excursion in the woods, were spirited and lyrical, with “Haunted Spot” and “The Prophet Bird” especially atmospheric.

The heart of the concert was two very different works of Liszt. First came the “Weinen, Klagen Variations,” Liszt’s meditation on the bass line of one of Bach’s cantatas. Kadouch easily negotiated the considerable technical challenges of this stark, philosophical work in a performance that was rich in contrasts. After intermission came the “Petrarch Sonnets,” piano arrangements Liszt made of three of his early Italian songs. Though played expressively, their emotional intensity seemed held at arm’s length. Kadouch’s interpretation of Bartok’s “Out of Doors” suite was immensely assured and perceptive, providing the perfect culmination of the evening.

Kadouch is an intellectual pianist, one who seems to favor head over heart. His musical instincts are sound, and it will be interesting to observe how his career, already taking hold in Europe, will develop as he plays more in the United States.

 
Aller au haut